Marche funèbre d’une marionnette – Charles Gounod

La Marche funèbre d’une marionnette (et non pour une marionnette), écrite en 1873 par Charles Gounod, qui ne manquait pas d’humour, est interprétée de manière surprenante à l’orgue par Will Scarloro.

Chacun reconnaîtra le thème de « Alfred Hitchcock présente » depuis 1960.

Il ne s’agit ici bien entendu pas de mort mais d’une métaphore  musicale de la comédie au premier sens du théâtre.

C’est pourquoi il vaut mieux éviter de la jouer faux….

And the earth shall bear again de John Cage

Hommage à John Cage né il y a 100 ans, le 5 septembre 1912 à Los Angeles (et décédé en 1992 à New York). Elève de A. Schönberg, il est le chef de file de la musique contemporaine expérimentale (instruments préparés et musique répétitive). Ici joué avec brio par Bertrand Chamayou à Toulouse en 2010 sur un piano préparé. Likez, mes canards, likez !

 

Reveillez-vous; coeurs endormis !

Choeur exceptionnel de Clément janequin (vesr 1550), appelé le chant des oiseaux. Ayez la patience d’attendre 2:55 pour entendre les onomatopées de chants d’oiseaux.
Horriblement difficile à chanter, je sais de quoi je parle.
Ici chanté , fort bien, par l’ensemble éponyme dirigé par Dominique Visse, haute-contre.  Vidéo un peu pauvre, compensée par les couleurs. Cuicui…

Chant traditionnel australien pour avoir la pêche !!!


 

Enregistré en mars 1904 à Londres par la célèbre cantatrice australienne.

Attention : la  vraie recette ne comprend ni amandes effilées rapeuses ni chantilly lourdingue. Une belle pêche mûre épluchée pochée dans un fin sirop frémissant. Encore chaude, nappée de crème glacée à la vanille (faite minute) et surmontée d’une gelée de groseille maison (passée dans un torchon à confiture en se brûlant les doigts). Dégustez et n’écoutez pas. Slurppp…….

 

Duetto di gatti (duo des chats) – attribué à G. Rossini

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=EjtVDG0drG0&feature=youtu.be[/youtube]

 

Pour s’amuser au 3ème degré sans se prendre la tête, écoutons ce duo des chats attribué à G. Rossini mais en fait composé en 1816 par l’anglais Robert Lucas de Pearsall sous le pseudonyme de G. Berthold. La version la plus connue est avec deux célèbres sopranes. Celle-ci est inouïe: par les Petites Chanteurs à la Croix de Bois (fondé par Monseigneur Maillet) et deux solistes Hyacinthe de Moulins, le blond, qui reste très sérieux et Régis Mengus, le brun,  qui sait profiter des rires de la salle (concert à Séoul en Corée le 30 novembre 1996) tout en restant très pro. C’est de plus fort bien chanté. Sans trop, ni trop peu. Miaouh !