Sweaty Notes – Tech Mex

 

Un brin de mélancolie mais surtout une envoutante mélodie. Tech Mex a pour devise de lutter contre la minimale et l’électronique abrutissante, que l’on peut parfois qualifier de réverbérante.

Encore très méconnue, Tech Mex offre une panoplie de sons séduisants qui profitent à la sympathie et au partage. Sans être une bombe de l’electro minimale, Tech Mex prendra un plaisir à vous divertir. L’artiste produit assez fréquemment de nouvelles tracks : je vous conseille donc de vous abonnez à sa chaîne Youtube, ou de continuer à suivre régulièrement l’actualité de notre site  🙂

My Bed (Nico Pusch Bootleg) – Marbert Rocel

 

Nico Pusch s’attèle dernièrement sur des rework de chansons bien mélodieuses, preuve en direct. Débuter l’été sous l’emprise de cette chanson vous rapprochera de l’état d’ataraxie dont le dictionnaire se fait le plaisir de nous décrire : « quiétude absolue de l’esprit, sérénité ».

En promenade champêtre, sous les volutes de ses envoûtantes trompettes, ou bien calmement engouffré dans votre lit, bercé par sa délicieuse voix, vous serez ensorcelés.

Good Thymes (Opiuo Remix) – Ray Charles

 

Opiuo Vs Ray Charles.

Ray Charles monte sur le ring, l’emblème du Jazz résonne déjà sur les estrades. Opiuo l’attend avec impatience. Il s’arme immédiatement de son style inégalable, soubresauts mi-funky, uppercut dubstep, crochets saccadés, c’est un match acharné ! Ray Charles fait vibrer les cordes, Opiuo fait trembler les supporters ! Ce n’est plus un combat mais une danse : chacun s’esquive, se heurte, s’entremêle dans une lutte amoureuse. La foule est en transe, elle n’a jamais assisté à une lutte si harmonieuse !

Le match est presque trop court. Trois minutes et quelques secondes, les supporters n’ont pas la force de s’indigner, ce délice les a comblé. Ni vaincu ni vainqueur, le public est bouche bée.

Klangkarussell – Netzwerk


 

Tout droit sorti d’un combat éternel entre haine et amour, cette chanson traverse les temps et délivre ce message universel: l’amour et la musique ne sont qu’un, chacun propulsant sa hargne magnétique l’un contre l’autre.

C’est dans cet univers que l’on se retrouve tous en écoutant Netzwerk, un univers qui l’espace d’une minute rafistole ses brèches, consolide ses fondations, efface ses malentendus. En suspension, en dehors du temps, nous restons bouche bée devant ce ciel étoilé, ses astres nous invitent à danser.